Pesticides toxiques : une ICE pour faire bouger les choses

Plusieurs ONG ont lancé une Initiative citoyenne européenne (ICE) demandant à la Commission européenne l’interdiction de pesticides à base de glyphosate.

Le glyphosate est soupçonné d’être dangereux, pour la santé des citoyen-ne-s et pour l’environnement, mais est le principal ingrédient de Roundup, désherbant de la firme Monsanto. Malgré le danger que représente le glyphosate, en juin 2016, Bruxelles a prolongé pour 18 mois encore l’autorisation de sa vente, en attendant une nouvelle expertise scientifique.    

Le débat est le suivant : le glyphosate a été classé comme cancérigène par le Centre interrégional de recherche sur le cancer (Circ) de l’OMS, déclaration contestée par l’Autorité européenne de la sécurité des aliments (Efsa). Toutefois, l’Efsa a abouti à cette conclusion en se basant sur des données fournies par les industriels du secteur agrochimique… L’objectivité de telles déclarations est donc contestable.  Suite à cela, 96 scientifiques ont adressé une lettre ouverte au commissaire européen chargé de la santé.

Ensuite, en janvier 2017, 38 ONG venant de 14 pays différents ont lancé une initiative citoyenne européenne (ICE) visant, notamment l’interdiction du glyphosate mais plus généralement, la réduction de l’utilisation de pesticides toxiques au sein de l’Union européenne.

Mais qu’est-ce qu’une ICE ? D’après la Commission européenne, « l'initiative citoyenne européenne permet à un million de citoyens de l'UE de participer directement à l'élaboration des politiques européennes, en invitant la Commission européenne à présenter une proposition législative. ». Outil démocratique européen par excellence, mettre en place une ICE est cependant lourd et complexe… En effet, afin de présenter une ICE, minimum 7 citoyen-ne-s en âge de voter et issus de 7 États membres différents doivent former un comité de citoyens et rassembler 1 million de signatures. Une fois cette étape franchie, il reste encore toute une série de formalités administratives à remplir. Pour plus d’informations quant aux ICE, consultez le site de la Commission européenne (voir « En savoir plus »).  

Par ailleurs, le 15 mars, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) rendra un avis quant à la cancérogénicité du glyphosate. Bien que l’ICE vise à dénoncer l’utilisation abusive de pesticides toxiques, les conclusions de l’ECHA influenceront certainement la décision de la Commission européenne.  

Pays: 

Union Européenne