Commissaires européen-ne-s : enfin la parité ?

Vendredi, 30 Août 2019

Alors que la date limite de nomination des futur-e-s commissaires européen-ne-s était fixée au 26 août, le nouveau collège des commissaires se dessine. Ursula Van der Leyen, la présidente de la commission européenne fraichement nommée, a affiché la volonté d’obtenir enfin un collège paritaire.

Une nouvelle dynamique se profile au sein de la gouvernance européenne depuis juin dernier. La nomination de 2 femmes à des postes clés des institutions européennes est totalement inédite : Ursula Van Der Leyen, alors ministre de la défense allemande a été élue à la présidence de la commission quand Christine Lagarde, ancienne présidente du FMI s’occupera elle de la BCE.  Un mouvement que la nouvelle présidente compte bien poursuivre avec la nomination des futurs commissaires.

Dans son premier discours devant le parlement européen, tenu le 16 juillet à Strasbourg, Ursula Van der Leyen a exposé les grands axes de sa politique aux députés européens. Parmi eux on retrouve le combat pour l’égalité femme-homme, déclarant à ce sujet « Nous représentons la moitié de la population, nous voulons notre part ». Elle affiche un projet ambitieux avec l’égalité salariale, la condamnation des actes sexistes ou la parité dans les postes à haute responsabilité. Premier pas de cette politique vers l’égalité, la présidente de la commission a demandé à l’ensemble des états membres de proposer une nomination paritaire des commissaires afin de « montrer l’exemple ».

Pour autant, le combat s’annonce pour encore long et difficile puisqu’à ce jour seuls la Roumanie et le Portugal ont respecté sa demande de nomination mixte. Alors que 26 des 27 commissaires ont déjà été nominés, 12 sont des hommes et seulement 10 sont des femmes. C’est déjà un progrès par rapport à la mandature précédente ou seules 9 des 28 commissaires étaient des femmes. En cas de non-respect de la parité par les états membres, Ursula Van der Leyen a annoncé qu’elle n’hésiterait pas à demander de nouveaux noms. Pour l’heure rien n’assure la parité au sein du collège des commissaires, mais l'enjeu de taille lorsque seulement 20% de l’ensemble des commissaires, toutes mandatures confondues, étaient des femmes.