Tensions entre l'Italie et l'Europe au sujet des migrations

Lundi, 3 Septembre 2018

Suite au débarquement des 177 migrants du navire italien Diciotti le 25 août 2018 au port de Catane (Sicile), Rome a sommé la Commission d'établir un accord sur leur répartition au sein des pays européens. Sous peine de suspendre ses contributions financières à destination de l'Union européenne. 

Le navire des gardes-côtes italiens Diciotti a dû attendre six jours en pleine mer avant d'accoster au port sicilien, dans la nuit du samedi 25 août 2018. Même scénario pour l'Aquarius, une semaine avant, qui avait passé près de cinq jours avant que le port de La Valette (Malte) accepte de lui ouvrir ses portes. Les pays européens ont témoigné, en moins de dix jours, leur incapacité à gérer de manière coordonnée et systématique l'accueil des migrants venus pour la plupart des pays d'Afrique.

L'Italie s'est montré particulièrement véhémente sur la question de la répartition. Le gouvernement italien avait déjà catégoriquement refusé d'accueillir sur son territoire les migrants présents à bord de l'Aquarius. Deux semaines plus tard, la position s'est encore durcie. Si le port sicilien de Catane a finalement accepté d'accueillir le navire Diciotti, le vice-président du Conseil italien Luigi di Maio avait, quelques jours avant, menacé la Commission de ne plus payer la contribution italienne au budget de l'Union européenne si un accord sur la répartition des migrants présents à bord du navire n'était pas trouvé. 

Un accord a été finalement trouvé, le Vatican, l'Albanie et l'Irlande ayant accepté d'accueillir sur leur territoire les familles présentes à bord du Diciotti.

L'ultimatum italien a cependant été très mal reçu par la Commission européenne. Le commissaire européen à la migration Dimitris Avramopoulos a dénoncé les menaces du gouvernement italien, proférées par son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini et par le vice-président de son Conseil Luigi di Maio, les qualifiant d' « inacceptables » et soulignant la nécessité de gérer « comme une unique famille européenne » le phénomène migratoire.

Un sommet a eu lieu à Bruxelles le 24 août 2018 pour définir une procédure européenne systématique sur l'accueil des migrants, qui, depuis lors, n'a  pas été officiellement établie.