Viktor Orban

Viktor Orbán, le trublion de la droite européenne

Lundi, 25 Février 2019

Les relations entre Jean-Claude Juncker et Viktor Orbán se sont détériorées dans la semaine du 18 février 2019 à la suite d'une nouvelle campagne anti-européenne et anti-immigration du gouvernement hongrois.

Les tensions sont fortes au sein du Parti populaire européen (PPE) à l’approche des élections européennes. Si les relations entre le Premier ministre hongrois et le président de la Commission européenne n’ont jamais été au beau fixe, des affiches ciblées du gouvernement hongrois contre Jean-Claude Juncker ont détérioré la situation. À travers la campagne d’affichage, Jean-Claude Juncker a directement été pris pour cible.

Cet épisode a de nouveau relancé le débat autour de la place de Viktor Orbán et de son parti (Fidesz) au sein du PPE. De nombreuses voix au sein de la droite européenne se sont élevées pour demander l’exclusion du Premier ministre hongrois et de son parti. 

L’ancien président du Conseil européen, Herman Van Rompuy a déclaré le 22 février 2019 que le parti de Viktor Orbán n’avait plus sa place « à terme » au sein du parti. Quant à Jean-Claude Juncker, ce n’est pas la première fois qu’il affirme que Fidesz doit être exclu du PPE.

La direction du PPE rechigne pourtant à exécuter ces demandes. À la veille des élections européennes, le PPE craint que l’exclusion de Viktor Orbán conduise à son ralliement à l’extrême droite européenne de Matteo Salvini et de Marine Le Pen. Par ailleurs, sa proximité avec Vladimir Poutine inquiète les dirigeant.e.s du parti qui préfèrent garder un œil sur le trublion de la droite européenne.